Lili_Varicelle

29 avril 2008

Thé sur le Nil

& parce que ce n'est pas comme Paolo Cuelho je désespère à mort. Vide ? Vide vide vide. C'est la merde alors je me noies dans le graphisme mais si seulement j'avais les moyens : je maîtrise Photoshop comme

ma ptite soeur. A part ça ici c'est pas le Nirvana & puis tout change, mais si d'autres ne le voient pas. C'est pas Noël y'a pas de chocolat & même "goût ouïe etc" ça
ne retranscrit pas tout à fait la vie. La vie avec lui. A côté de lui. Ne perdons pas l'ardeur, même si il y a MST sous anguille de la roche, ou dans le tapioca du moustique. Moustifluid. Au fait quand je dis "ici" je parle de ce blog.
Il va peut-être bientôt changer j'ai besoin de lui redonner un bon coup de fouet à ce truc. & puis il y a

le scanner. & puis il y a Michel Wlassikoff Ruedi Baur Pierre Di Sciullo.

Je me pose des questions sur la routine ce truc inconcevable au début. M'arrivera-t-elle un jour ? Je ne sais pas. Il faut réinventer quand il n'y a plus les engueulade mais encore les mauvais réveils ou les mal

dormis. Parce que j'ai trop chaud. Ou que je fais des rêves à la con. A la con. A la con. Aller merde sors de ma tête

salope

Ouïe : "& si t'es pas content je viole ton pèèèère" ; Br Oad Way ;
Goût : La cuisine. je lèche les meubles. Les tapas patatas, les carambars, le yaourt à la violette - même si c'est pas sûr, tout ça au brunch du Curieux Spaghetti+Bar.
Odorat : Sa peau sa peau sa peau sa peau sa peau ; en fermant les volets un soir de pluie à Amiens : Macadam humide & nuit prometteuse.
Toucher : Sa peau sa peau sa peau sa peau
Vue : Le Père Lachaise ; Amour & Chipolatas de JL Lemoine ; le canal St-Martin la nuit, sur les genoux de mon amoueux.

Livre : L'homme qui voulait être coupable de Henrik Stangerup ; Le design graphique.
Musique : Br Oad Way Enter the Automaton ; Cocosuma "Charlotte contre Bitchee Ya Ya Ya", Yelle "Dans ta vraie vie"
Film : J'ai voulu regarder Céline & Julie vont en bateau de Jacques Rivette & l'ordi à merdé.

Posté par lilivaricelle à 18:18 - Commentaires [5] - Permalien [#]


31 mars 2008

Du chienlit

"Des fois il trouve qu'il sent bon & il insiste pour qu'elle sente bon aussi"

Je voudrai dévorer des Inrockuptibles & me bouger afin de trouver un employeur pour mon BTS en alternance. Je pense que je suis cuite pour ressembler à Patrick Bruel (il a été apprenti). C'est pas grave puisque l'année prochaine je serai où ? A Paris. & que là présentement j'ai Internet mais par contre y'a jamais aucune potesse de connectée elles n'ont qu'à pas avoir de vie palpitante merde à la fin. & puis c'est pas tout mais j'ai du dessin à faire & Photoshop en anglais. Mes couilles. "Y'a plusieurs viaducs en mai". Oui. Mc Do me réclame pour être sa nouvelle égérie du hamburger roussi & sentir la frite. J'aurai préféré les fruits, on va attendre un peu. Ohlala comme c'est moche elles ressemblent à des pigeons. Si tout pouvait être aussi héroïque que dans un manga. En attendant je me mange les joues elles sont toutes noires.

Ouïe : Ces mots échangés le lundi matin alors que je suis dans le gaz.
Vue : Paris. Tous ces dossiers de candidature.
Toucher : Les papouilles.
Goût : Blinis au nutella. Tiramisu maison & poulet-coco de mon amoureux.
Odorat : Lait de coco.

Musique : La complainte de la butte de Rufus Wainwright, Superbus pour la patate
Livres : J'me refait La transparence du mal de Jean Baudrillard,
Les poésies de John Donne,
Fullmetal Alchemist
Film
: Los olvidados de Luis Bunuel,
Recordados da casa Amarela de Joao César Monteiro

Posté par lilivaricelle à 21:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 février 2008

Into the wild

Envie de bouffer de l'art contemporain de la musique si différente que si on l'enfonçait dans un téléphone vintage il exploserait. "Excitant comme une jaguar". Chic. Faudrait que je bosse mais j'ai mieux à faire. Ecouter Pina Bausch Vivaldi & Passymal. Mouahah Amorina Amor Amor du chocolat plein la bouche & c'est notre seul repas de la semaine. Plus maintenant qu'on fait les courses & qu'on remplit le frigo. J'ai la lèvre fendue & mes règles ça fait plaisir. Pour la lèvre fendue un peu moins mais je m'en fous puisque je jouis. En force.

Ouïe : "Je ne peux pas me passer de toi". Yann Tiersen "J'y suis jamais allé".
Toucher : Ses yeux bridés. Son torse. Ses fesses. Sa bouche. Lui il n'a jamais de crotte d'oeil. Le froid quand j'ai trainé dans le jardin sans culotte.
Odorat : La crème hydratante au miel l'Occitane. Brest. Paris.
Vue : Pas Amiens pour le moment. Brest La rue de Siam, la rue Jean-Jaurès, le Murphy's, Les enfants de Dialogues, La mer, le jardin...
Goût : Rien, je mange trop ces temps-ci. J'ai peur.

Musique : The Earlies.
Film : Into the wild de Sean Penn, Docteur House.
Livre : La société du spectacle de Guy Debord, le magazine Esprit (Qu'est-ce que le Sarkozysme ?), La conquête de la Pologne de Paul Jimenes.

Posté par lilivaricelle à 14:17 - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 janvier 2008

C'est pas des groseilles c'est des patates douces

Je suis fatiguée mes yeux se ferment mes doigts cliquent trop vite & j'ai mal au ventre. Mais parce que tu as laissé la porte du taxi ouverte je trouve cela dommage. J'ai passé une très bonne soirée mais sans le putain à cause de la casserole. & pourtant je m'en doutais. & là j'ai du mal de rester éveillée parce que j'ai mal parce que j'ai peur suffit pas "d'acheter" un canapé & d'esquiver les fautes à la con. Les dits les non-dits les secrets & les mots tant attendus qui ne sortent pas ne sortiront pas peut-être jamais même rue Boutebrie. & pourquoi je me fais du mal comme ça c'est quoi cette espérance ça sort d'où moi j'ai rien demandé ni à Dieu ni à la bouteille de rhum ni même à ces clopes avortées qui me font du bien de ne plus être là. Je veux un corps sain même si la formule grecque je l'ai oubliée. & si j'avais une bite je les enculerais tous tout simplement parce que je les déteste d'acquiéçer & de rester sur place. Le plafond fuit les gars un jour il faudra critiquer sinon mourir. Ne prêtez pas attention aux paroles d'une paire de nichons bourrée qui aimerait un catarcisme dans une engueulade avec quelqu'un alors que non ça ne vient pas sauf les problèmes. & oui & même la cathédrale d'Amiens n'y pourra rien mais peut-être que si. & je suis seule sur le canapé en nuisette alcoolisée alors que toi tu dors. C'est dur peut-être que je ne publierai pas & peut-être que si & voilà JE SUIS NOSTALGIQUE & j'ai l'impression que c'est une tare.

Je me prends surement trop la tête c'est pas si grave. T'as assuré ta volonté de ne plus fumer. Ta résolution moi j'y crois. & je t'aime comme une maboule à en faire une épilation de la mort.

Posté par lilivaricelle à 04:11 - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 janvier 2008

DSC00696

Posté par lilivaricelle à 14:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]


04 janvier 2008

Bonne Maman.

La nuit tombe pendant que moi je frissonne. Péter la rondelle de la grippe. Je ne devrai pas nourrir autant de mauvais sentiments envers elle, puisqu'elle m'offre une semaine de plus de vacances. Amsterdam c'était bien. Pour un nouvel an où la ville se transforme en terrain de guerre civile minuit passé. Les Néerlandais ils kiffent les pétards. De toutes tailles & de toutes directions. Je ne sais pas si ce soir j'ai envie de bouger. Je voulais aller au cinéma, mais je n'en suis plus bien sûre. J'ai juste envie de sa bite & de ses jeux, sauf que là je suis malade. Un orgasme long comme un train de dix-neuf mille wagons.

DSC00633

DSC00670

Vue : Son corps.
Toucher : son corps.
Ouïe : plein de clips à la con.
Goût : Le Kong & sa super purée.
Odorat : Le parfum Mandragore d'Annick Goutal.

Livre : L'art les mots,
Fenêtre sur le chaos de Cornelius Castoriadis.
Musique : Finalement j'aime pas beaucoup Daft Punk. Daft ça rime avc aphte en plus.
Film : Singing in the rain ? de Gene Kelly & Stanley Dohen.

Posté par lilivaricelle à 19:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 décembre 2007

Nuit blanche

En ce moment j'ai tout le temps froid. Ca doit être dû à la fatigue. Fumée de clope dans les yeux & la flegme de décoller. Seulement samedi soir pour aller acheter un Monopoly à minuit. Tombés sur une antre de la mort qui tue. Pourvu que l'on y retourne vendredi soir. 5h22 le train samedi matin. Finalement je ne suis pas allée jusqu'à Orly, à la place je suis allée au Départ me faire draguer par les serveurs. Gagnés un bloc de feuilles & une boîte d'allumettes cadeaux. Ca doit être la tête macabre, le nouveau pull sexy & Philippe Brenot. Ouais.

Putain de fatigue. De mal de ventre. Tout le temps froid. Rejet de piercing aussi vendredi je craque. Heureusement j'ai rencontré des potesses sympas, après avoir été jartée par les putes.

Vue : Un chevreuil ? Non.
Ouïe : Un chevreuil ? Non.
Toucher : Pu de boule d'acier sous la lèvre.
Goût : Il est ok merci.
Odorat : Nouvelle crème L'Occitane au miel & au citron. J'en mets au sortir de la douche & mon lit en est parfumé à vie.

Sinon je déteste Zazie & Vanessa Paradis. & j'ai été plumé au Monopoly. & j'ai eu un deubeul.

Musique : je veux écouté Lisa Ekdahl ou Oscar Peterson mais, ah oui, ils ont été volés dans le cambriolage.
Film : Une nuit d'été en ville pas finie.
Livre : Le génie & la folie de Philippe Brenot vraiment vraiment passionnant.

Posté par lilivaricelle à 18:02 - Commentaires [6] - Permalien [#]

25 novembre 2007

La Spider Smart

& moi dans Paris. La plus belle connerie fut de prendre la voiture, & vlà les bouchons. Je clope j'l'éteins puis j'en rallume une autre. Hier soir cuite à la vodka, "Slutch" & que de conneries de dites, j'en ai mal au ventre le matin. Ca vaut le coup de lire les mythologies de Roland Barthes tiens. Pourquoi y'a que moi qui suis nostalgique hein ? J'veux du camember qui pue. Un vieux claquos dans votre trombine de mauvaise langue. Je viens de relire Milk que de temps perdu maintenant je suis vraiment avec un mec génial. Alors pas la peine de relire mes autres articles puisqu'ils ne veulent plus rien dire, pour moi. Mais depuis mon cambriolage je clope moins. Y'a eu un effet psychologique, en plus des deux cartes bleues. Mais voilà il est déjà plus de minuit & j'ai envie de saucisson, de vodka, de plein d'autres choses d'être ailleurs d'être à Dijon d'être dans ce monde parallèle de petits bonhommes avec un marteau qui font péter les vaisseaux de l'oeil.

Photos réclamées photos dues. "Monstruosité & cellophane". "C'est glauque hein ?" Pouffiasse.

DSC00455


DSC00497

Ouïe : La nana on lui a coupé la langue.
Goût : Du pain perdu.
Odorat : Omnia de Bulgari.
Vue : Cette veste elle lui va vraiment bien.
Toucher : Va te faire foutre.

Musique : Babet, Black Rebel Motorcycle Club, etc.
Film : Desperate Housewife
Ezra de Newton (festival d'Amiens)
Coffee & cigarettes de Jim Jarmurch
Enfances d'un collectif au festival d'Amiens. 

Posté par lilivaricelle à 01:18 - Commentaires [4] - Permalien [#]

06 novembre 2007

BLOOM

Un putain de matelat, une couette extra moelleuse, des cousins tout doux & hop. Après une nuit de 3h je suis fraîche comme après une de 10. Même si on a galéré pendant une heure pour trouver la Grand-Place. Même si à 3h on a fini au Chat Noir à manger une mousse au chocolat & des frites, à boire un chocolat & du gin-redbull. Les bruxellois connaissent aussi bien leur ville que nous. Super voyage. Des photos quand mon amoureux m'aura montré comment faire.
Vu Lucie & Jules aussi. Place de Clichy. Dans un piano-bar à St-Michel, rue de la Huchette. Au parc Monceau.
Traîner au lit toute la mâtinée & le début de l'après-midi aussi. Se lever pour un cinéma (Le rêve de Cassandre), pour un théâtre (Le jour de la photo de classe), pour aimer à la folie l'homme allongé à côté de moi.

Goût : Hoogarden.
Toucher : Un bain un vrai à l'hôtel.
Vue : Manneken Pis.
Odorat : Son odeur.
Ouïe : La musique de radio bruxelloise, eh bien, ce sont nos années 70-80. Ou de la marde.

Pour ne pas perdre le lien :  http://www.youtube.com/watch?v=XsSHlCDIzNg

Posté par lilivaricelle à 12:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 octobre 2007

Hello I'm Brad Majors [AAASSSSHOOOOLE]

Rétrospectivement, voilà les photos du Rocky Horror Picture Show. Le sublime midnight movie culte que je suis allé voir il y a maintenant un mois & demi. Celle où après on s'est chauffé sur les quais de Seine. Celle où des gars en péniche nous ont hélés : "Hey !! OoH ! Arrêtez !" Jaloux.

normal_15septembre012

& je me bouche le nez... (???)

normal_15septembre016

normal_15septembre017

J'ai eu du riz plein la culotte. D'ailleurs, pas longtemps avant, je me la suis fait mâter. Dans le parc des Vosges, allongés dans l'herbe, y'avait un vieux qui en profitait bien. Gros lubrique. Puis après on s'est fait interviewer à propos de la techno-parade (on l'a pas faite nous, nous étions à l'expo d'Annette Messager à Pompidou) & de la techtonik. Rien à battre. Puis après y'a un gars tout gentil qui nous a fait une histoire à propos d'un coffre secret avec une cocotte en papier. Trop doué le gars.

& puis là maintenant, je suis entourée de gros défoncés, une clope à la main. Tout à l'heure, j'ai eu le numéro d'un pompier. On a bien papoté sur la schizophrénie. & puis tout à l'heure mais dans l'autre sens, je serai devant un zinc à parler avec ma Lucie & Jules & mon amoureux & d'autres potos. & puis un peu plus tard, je serai devant un autre zinc, savourant un vin dans les yeux de mon Tafelzout. Que de hâte. Sinon que je suis à découvert ?

Ouïe : Thedo, il me la passe en boucle.
Vue : Paris, toujours.
Toucher : Mon nouveau piercing à la lèvre.
Odorat : Son parfum. Le mien. Cette douce crème Praline-Chocolat.
Goût : Un brunch au Kong. Un picnic au parc Monceau. Le bain de bouche au Listerine.

Musique : Oscar Petterson,
Camille
, Le sac des filles.
Film : Une énième fois à tenter Crimes, Arnaques & botanique
ou bien Resident Evil dimanche soir.
Livre : Rebecca Dautremer, Lili la Licorne,
un livre sur Rodin,
La folie & le génie en peinture, musique, littérature, Philippe Brenot.

Posté par lilivaricelle à 21:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]